Dé-confinement = adaptation © Valérie Koch - Tous droits réservés

Dé-confinement = adaptation

Quelques infos sur les mesures de dé-confinement à La Réunion en cette période de crise sanitaire et de COVID-19, autour de trois points clés : s’adapter, protéger, isoler.

Si Mayotte, toujours classée « rouge » sur la carte de situation épidémique, ne bénéficie pas encore du plan de dé-confinement, il a en revanche bien débuté aujourd’hui à La Réunion, comme dans les autres régions « vertes » de métropole. Au programme, trois grands axes : s’adapter, protéger, isoler. Le virus est toujours là, l’adaptation doit donc se faire progressivement et les infographies ci-dessous (proposées par la préfecture de La Réunion) vous présentent précisément les « on peut », « on ne peut pas ». Pour rappel, La Réunion compte à ce jour 436 cas (dont 5 EVASANES de Mayotte) et toujours 0 décès.

Masques oui, gants non

Si le port de masques grand public couvrant nez et bouche est vivement conseillé au quotidien (pour une protection mutuelle anti-projections : si tu portes un masque et que je porte un masque, tu me protèges et je te protège) voire obligatoire dans certains cas (transports en commun notamment), le port des gants n’est pas recommandé : « En effet, le virus ne passe pas par la peau mais par les muqueuses (bouche, nez). Lorsque le gant est porté, la personne peut se sentir inconsciemment protégée, et toucher plus souvent son visage qu’à main nue ». Les gestes de distanciation sociale (pas d’embrassade, pas de mains serrées, un mètre de distance minimum entre chacun) sont toujours vivement recommandés.

Dé-confinement = adaptation © Valérie Koch - Tous droits réservés
Évolution de la prise en charge

« Consulter très rapidement son médecin traitant, pour se faire tester et se faire prendre en charge efficacement, est essentiel », précise la préfecture. « Au début de la crise sanitaire, la consigne en cas de symptôme et signes évocateurs de la maladie, (toux, fièvre, grande fatigue, perte de goût et de l’odorat, mal de gorge) était d’appeler le SAMU et de ne pas se rendre chez son médecin traitant.
Le retour d’expérience de ces 2 mois, en métropole comme à La Réunion, ont montré que la maladie ne nécessite pas le plus souvent une hospitalisation. Par conséquent, après le dé-confinement, le dispositif de prise en charge évolue comme suit :

  • en cas de symptôme évocateurs de la maladie : il faut appeler son médecin traitant
  • en cas d’essoufflement, de difficultés respiratoires : il faut appeler le SAMU sans délai

Les médecins traitants prendront en charge les patients ou pourront les orienter vers les médecins généralistes du centre ambulatoire COVID, pour une prise en charge ».
La période de quatorzaine à l’entrée sur le département reste en vigueur au moins jusqu’au 1er juin et « compte tenu de la forte contagiosité de la maladie, le respect rigoureux et systématique des règles d’isolement à domicile est primordial, tant pour les personnes contaminées que pour les personnes contact. Il n’y aura aucune dérogation ou d’assouplissement à cette règle, en dépit du dé-confinement ».

« La période de dé-confinement n’est en aucun cas un retour à la normale, mais une phase d’adaptation des modes de vie »

Jacques Billant, préfet de La Réunion
La nature à nouveau accessible, sous conditions

Quelques points susceptibles de vous intéresser plus particulièrement :
Concernant les espaces publics extérieurs
« Les rassemblements de plus de 10 personnes sont interdits dans tous les espaces publics.
L’accès aux plages
L’accès aux plages doit se faire dans le respect des mesures barrières. Il est autorisé pour la pratique sportive, la promenade, la baignade, les sports nautiques et la pêche de loisir.
L’accès à la plage et la baignade sont autorisés à titre individuel ou familial. Afin de limiter le nombre de personnes présentes au même moment sur le littoral, il est demandé aux réunionnaises et aux réunionnais de ne pas rester de manière prolongée sur les plages. A ce titre, la pratique des jeux collectifs (volley, tennis…) reste interdite sur les plages, de même que le fait de s’allonger sur le sable et de bronzer.
Si la fréquentation des plages venait à poser des difficultés en termes de sécurité sanitaire un arrêté préfectoral d’interdiction d’accès au littoral pourrait être pris.
Les pique-niques sur la plage sont interdits. Les maires pourront prendre des arrêtés municipaux pour interdire au pique-nique certaines zones en bord de plage.
– La baignade en eau douce
L’accès et la baignade dans les rivières et bassins sont autorisés.
L’accès aux sentiers (littoral et montagne)
Sur les sentiers littoraux, comme en montagne, les activités de pleine nature peuvent reprendre à compter du 11 mai. Cela concerne à titre individuel, dans le cercle familial ou dans la limite de 10 personnes : la pratique de la randonnée, le jogging, la pratique du vélo ou du trail.
Les entrainements sportifs en plein air au-dessus d’un groupe de 10 personnes restent interdits.
– L’accès aux parcs et jardins
La décision de ré-ouverture des parcs et jardin appartiendra à chaque gestionnaire de site. La sécurité sanitaire des visiteurs devra être garantie en définissant par exemple des dispositifs de régulation d’entrée du public, en organisant des accès à des points d’eau, ou en organisant les flux de personnes.
– L’accès aux aires de pique-nique
Les pique-niques sont autorisés dans la limite de 10 personnes, en s’installant sur des aires aménagées ou dans des sites où la distanciation entre deux groupes pourra être mise en œuvre.
En accord avec les maires, les pique-niques dans les zones très fréquentées (plages du lagon, grande anse…) pourront être interdits par arrêté municipal lorsque le risque d’attroupement est trop fort. »

Concernant les activités sportives
« Les activités sportives individuelles peuvent reprendre dans le cadre de la levée progressive du confinement. Ces activités individuelles pourront se faire sans limitation de durée de pratique, sans attestation, en extérieur et en limitant les rassemblements à 10 personnes maximum. Sont notamment autorisés :
– la pratique des sports d’extérieur : vélo, jogging, golf, tennis, tir sportif… dès lors qu’une distance minimum de 10 m entre chaque personne est respectée
– le yoga, le fitness dès lors qu’une distance de 4m entre chaque personne est respectée
– Les activités sportives qui ne permettent pas cette distanciation (sports de contact, sports collectifs, sports de combat, sports en salle…) ne pourront pas reprendre dans l’immédiat. Une liste exhaustive des disciplines et sports interdit sera publiée par le ministère en charge des sports dans les jours à venir.
– Pour les sports de nature encadrés et les activités nautiques comme la plongée, l’escalade, le canyoning, le parapente et la spéléologie, une période tampon d’une à deux semaines permettra de définir des protocoles sanitaires de reprise avec les professionnels, notamment pour assurer la gestion des équipements.
La DJSCS pilotera ces travaux. Ces dispositions seront réévaluées fin mai aux vues de la situation sanitaire ».

Le 18 mai pour les services publics

À noter que si la plupart des services administratifs reprennent, ceux qui accueillent du public n’ouvriront qu’à compter du 18 mai, et vous êtes invités à vous munir d’un masque lorsque vous vous y présenterez.
« Afin de garantir de bonnes conditions d’accueil des usagers à la préfecture et dans les sous- préfectures, et donner un temps de préparation aux agents en charge de cette mission, l’accueil du public reprendra à compter du lundi 18 mai, y compris pour l’accès aux points numériques.
Les usagers seront reçus exclusivement sur rendez-vous à compter de cette date.
Pour tout renseignement, les usagers doivent impérativement continuer à contacter la préfecture via l’adresse de messagerie suivante : courrier@reunion.pref.gouv.fr en évitant d’appeler les standards de la préfecture et des sous-préfectures qui ne pourront que renvoyer les usagers sur cette adresse de messagerie.
NB : concernant les demandes de titre d’identité ou de circulation, les plateformes des téléservices étant inaccessibles, des messages peuvent être envoyés, pour les urgences uniquement, aux adresses suivantes :

  • CNI/passeports : cert-cni-passeports@reunion.pref.gouv.fr
  • permis de conduire et certificats d’immatriculation : mission-proximite@reunion.pref.gouv.fr.

Les autres services de la préfecture situés à l’Hôtel de la préfecture, sur les sites Victoire, Joinville, rue Amiral Lacaze et rue de la Victoire sont ouverts normalement, à compter du lundi 11 mai. Les services des sous-préfectures, autres que les services d’accueil, ouvrent également le 11 mai ».

Soutien pour Mayotte

Enfin, « dans le cadre de la solidarité régionale, les établissements de santé réunionnais ont étendu leur protocole d’accueil pour les patients accueillis en EVASAN de Mayotte, afin d’accompagner la demande de l’Hôpital de Mayotte (CHM) d’un appui plus important et sécurisé pour les prises en charge en médecine et de réanimation dans les semaines à venir.
La procédure des évacuations sanitaires (EVASAN) des patients de Mayotte vers les établissements de santé Réunionnais est une procédure classique et organisée depuis plusieurs années puisqu’elle concerne chaque année environ 1000 patients, pour des prises en charge qui ne peuvent être réalisées sur place par le système de soins Mahorais.
L’objectif est de favoriser l’accueil adapté des patients en provenance de Mayotte afin de délester le CHM dans le cadre de la crise sanitaire liée au COVID-19, qui connaît actuellement une amplification sur Mayotte.
Cette amplification de l’effort des hôpitaux Réunionnais pour Mayotte se fera, avec le soutien des pouvoirs publics, en articulant deux préoccupations :
– la préservation des capacités de prise en charge pour les patients Réunionnais
Dans un contexte de reprise d’activité soutenue en médecine dans le cadre notamment du suivi des patients chroniques, et afin de rattraper un potentiel retard d’accès aux soins pendant la période de confinement, les établissements réunionnais se mobiliseront pour la recherche de lits, et dans toute la mesure de leurs capacités disponibles.
– une sécurité adaptée
Toutes les mesures nécessaires sont mises en place pour assurer la sécurité des patients hospitalisés dans les établissements, mais également les soignants et tout personne venant y consulter (dépistage pour les patients de Mayotte, masque et surblouse pour le personnel soignant, mise à disposition de stocks de curares et d’hypnotiques…). Le respect d’une quatorzaine stricte pour ces patients, assorti d’une vigilance sur l’organisation du retour à Mayotte après guérison des patients, seront également un élément déterminant dans l’organisation du soutien des établissements Réunionnais ». //VK (photos d’archives © Valérie Koch – Tous droits réservés)

0630 Delta, le seul site dédié aux informations militaires et régionales dans la Zone sud de l’océan Indien. Avec des articles exclusifs et un espace communautaire réservés aux abonnés payants.

Inscription à la newsletter

Plus d'articles
JDC pour un 18 juin © Valérie Koch - Tous droits réservés
JDC pour un 18 juin