Voyages : fin du motif impérieux © Valérie Koch - Tous droits réservés

Voyages : fin du motif impérieux

Les modalités d’entrée à La Réunion évoluent à nouveau. À partir de lundi, il n’y aura plus la nécessité de justifier de « motif impérieux » pour se déplacer entre la métropole et La Réunion.

Toutes les nouvelles modalités dans ce communiqué de la préfecture : « Depuis le 9 juin les voyageurs entrant sur le territoire qui ont réalisé un test Covid-19 au maximum 72h avant leur embarquement peuvent bénéficier d’un dispositif d’isolement allégé. Ces passagers sont soumis à un isolement strict de 7 jours, suivi d’un nouveau test, puis d’une seconde période de 7 jours durant laquelle l’isolement est assoupli.
57 % des passagers arrivés à La Réunion depuis le 9 juin se sont inscrits dans ce parcours.

Dispositif d’accueil des voyageurs à compter du 22 juin

Ce qui change :
À compter du 22 juin, le nombre de passagers autorisés sur chaque vol sera déplafonné.
Le nombre de vols hebdomadaires à destination de La Réunion va progressivement augmenter. Il sera de 14 vols dès la semaine du 22 juin.
Enfin, il ne sera plus nécessaire de justifier d’un motif impérieux pour se déplacer entre la métropole et La Réunion.

Ce qui est maintenu pour une période transitoire :
Jusqu’à la mise en œuvre de la loi sur la fin d’état d’urgence sanitaire, prévue au plus tard le 10 juillet, le parcours du voyageur arrivant à La Réunion est inchangé.
Les passagers sont invités à réaliser un test au maximum 72h avant d’embarquer (le test est facultatif pour les enfants de moins de 10 ans)
Si le test est positif, les passagers ne peuvent pas embarquer et doivent s’isoler pendant 14 jours en métropole. Si le test est négatif, les passagers peuvent se présenter à l’embarquement. A l’arrivée, ils bénéficient d’une procédure accélérée d’accueil et de sortie de l’aéroport.
Les passagers doivent s’isoler pendant 7 jours à domicile ou sur le lieu de leur choix respectant les critères sanitaires (hôtel réservé par les intéressés ou leur employeur, location saisonnière, domicile de la famille ou des amis…). À l’issue des 7 jours un nouveau test RT-PCR doit être réalisé. Si le second test est négatif, les personnes peuvent sortir de leur domicile en portant systématiquement un masque à l’extérieur, en appliquant strictement la distanciation physique et les gestes barrière pendant 7 jours supplémentaires.
Si le test est positif, elles doivent consulter leur médecin et maintenir un isolement strict.

Pour les passagers n’ayant pas réalisé de test, un isolement strict de 14 jours est maintenu à l’arrivée sur le territoire.
Avant de quitter l’aéroport, ces voyageurs doivent déclarer aux services de l’ARS les conditions dans lesquelles ils réaliseront leur quatorzaine. Ils réalisent ensuite un test RT-PCR avant de rejoindre leur lieu d’hébergement.
Le temps d’accueil et de traitement à l’aéroport est estimé à 3-4h en moyenne. Pour les passagers ne pouvant réaliser une quatorzaine à domicile, le transfert vers les centres dédiés se fera par navette disponible une fois par jour. Des temps d’attente sont donc à prévoir.
Ces passagers doivent ensuite réaliser une quatorzaine stricte, à domicile ou en centre dédié. Ils ne peuvent pas sortir de leur lieu d’isolement pendant 14 jours et font l’objet d’un suivi téléphonique par l’ARS. Les personnes hébergées en centre dédié s’engagent à y rester 14 jours : aucune sortie anticipée n’est possible.
En centre dédié, un dépistage systématique est organisé en fin de quatorzaine.

Dispositif d’accueil des voyageurs après la mise en œuvre de la loi sur la fin de l’état d’urgence sanitaire

Cette loi qui sera mise en œuvre au plus tard le 10 juillet rendra obligatoire la réalisation d’un test pour tout déplacement à destination de La Réunion ». //VK (photo d’illustration © Valérie Koch – Tous droits réservés)

0630 Delta, le seul site dédié aux informations militaires et régionales dans la Zone sud de l’océan Indien. Avec des articles exclusifs et un espace communautaire réservés aux abonnés payants.

Inscription à la newsletter

Plus d'articles
Insécurité routière : 16 permis retirés © Gendarmerie de La Réunion
Insécurité routière : 16 permis retirés