Vaccinnation et septaine "civique" © DoroT Schenk Pixabay

Vaccination et septaine « civique »

Alors que la vaccination COVID-19 a débuté aujourd’hui sur l’île vers les publics prioritaires, le préfet de La Réunion et la directrice de l’ARS ont détaillé les nouvelles mesures de protection déployées contre les variants COVID-19.

Après l’arrivée du congélateur destiné à leur conservation, 4700 doses du vaccin ont atterri sur l’île le 13 janvier dernier, et la campagne de vaccination a débuté aujourd’hui à l’EHPAD de Saint-Joseph et au SDIS 974. Dans une conférence de presse cet après-midi à la préfecture, Martine Ladoucette, directrice de l’ARS, a expliqué et détaillé la stratégie vaccinale mise en place sur l’île : « Entre le 13 janvier et 26 février, nous devrions recevoir 27 175 doses du vaccin Pfizer-BioNTech. Ainsi, 18 000 personnes pourront être vaccinées, dont une partie pourra recevoir la 2e dose (au bout de 4 semaines). Les publics prioritaires sont les personnes les plus exposées et vulnérables, les résidents des EHPAD, les personnes vulnérables handicapés (hébergement long) et les personnes très vulnérables par leurs pathologies (sur prescription du médecin traitant). En deuxième lieu, il s’agira de tous ceux qui sont exposés à la contamination par leur activité professionnelle c’est-à-dire tous les professionnels de santé (salariés ou libéraux, publics ou privés, des établissements type EHPAD à la médecine de l’éducation nationale, la médecine du travail, les transporteurs sanitaires, les professionnels des soins à domicile, les sapeurs pompiers…) ».

7 des 25 EHPAD de l’île ont reçu leurs vaccins aujourd’hui (résidents et soignants), et cette première phase se poursuivra jusqu’au 28 janvier. Les professionnels de santé seront vaccinés entre le 19 et le 27 janvier, et enfin, à partir du 28 janvier et jusqu’au mois de mars, seront concernés les autres publics prioritaires (personnes de plus de 75 ans à domiciles et personnes de tous âges atteintes de pathologies très graves). La vaccination ne peut pas être réalisée en pharmacie, ni au cabinet du docteur traitant, ni à domicile à cause des caractéristiques du vaccin; elle sera donc pratiquée sur site pour les EHPAD et dans des centres COVID dédiés en établissements de santé public et privé. 4 lieux seront définis à partir du 19 janvier (les CHU nord et sud, le CHOR et le GHER), et 7 à 8 devraient être créés à partir du 28 janvier afin de couvrir tout le territoire. La vaccination se fera sur prise de rendez-vous préalable, au choix en ligne (par le biais d’une application) ou par téléphone (modalités à venir).

La directrice de l’ARS souligne par ailleurs la « nouvelle stratégie de recherche proactive et intensifiée » face à l’apparition dans l’océan Indien du variant sud-africain du virus, avec la possibilité de gagner du temps sur les dépistages grâce aux analyses à séquençage réalisées sur l’île. À noter que le vaccin Pfizer-BioNTech devrait être efficace contre ce variant sud-africain, selon François Chièze, directeur de la veille sanitaire de l’ARS.

Des tests RT-PCR et une septaine pour les voyageurs

Soulignant l’effort collectif produit par la population réunionnaise pour lutter contre la propagation du virus et limiter l’épidémie sur l’île, le préfet Jacques Billant a expliqué qu’il n’était pas utile de mettre en place un couvre-feu comme en métropole, mais qu’il fallait faire évoluer les dispositifs pour lutter contre les nouvelles menaces des variants, notamment le sud-africain qui circule déjà dans la zone sud de l’océan Indien (aux Comores), et le risque du brassage avec la fin des vacances scolaires. La vaccination, acte volontaire, reste une priorité, mais l’état a décidé de renforcer la sécurisation des déplacements dès lundi 18 janvier. Ainsi, outre la reconduction des mesures barrières (port du masque, rassemblements limités, etc) jusqu’au 31 janvier, les motifs impérieux seront obligatoire pour voyager de ou vers Mayotte (motif professionnel, familial, ou de santé), assorti d’une attestation sur l’honneur certifiant n’avoir ni symptômes du virus ni eu de contact avec un cas COVID dans les 14 jours précédents.

Pour tous les voyageurs (+ de 11 ans) en provenance ou à destination de l’hexagone et de Mayotte, un test RT-PCR (et non plus antigénique) sera obligatoire dans les 72 h qui précédent l’embarquement.
De plus, le préfet mise sur l’engagement citoyen de chacun : une septaine de prévention est recommandée avec test à j+7 pour tous les voyageurs. Il s’agira de s’isoler à domicile ou dans un lieu de son choix, puis d’effectuer un nouveau test RT-PCR à l’issue. L’ARS a prévu de renforcer les capacités de test sans rendez-vous pour les voyageurs, visant les 6000 tests/jour.

Enfin, en ligne de mire également, la rentrée scolaire qui aura bien lieu le 25 janvier 2021, comme l’a confirmé la rectrice Chantal Manès-Bonnisseau. L’Éducation nationale poursuit ses adaptations pour répondre aux enjeux de la rentrée : anticipation des absences pour mettre en place continuité pédagogique (travail à distance), mise en place d’un dispositif pour limiter les brassages, restauration scolaire possible dans des lieux aérés et ventilés ou en extérieur, accent porté sur le nettoyage des mains au savon, adaptation (mais pas interdiction) des activités physiques et sportives en intérieur, formation de 15 personnels médecins et infirmières scolaires pour pratiquer les tests antigéniques (selon certains critères), et mise en place de la cellule de suivi au rectorat en lien avec l’ARS. //VK (photo © DoroT Schenk de Pixabay)

0630 Delta, le seul site dédié aux informations militaires et régionales dans la Zone sud de l’océan Indien. Avec des articles exclusifs et un espace communautaire réservés aux abonnés payants.

Inscription à la newsletter

Plus d'articles
MEDEVAC pour une pathologie cardiaque © DET 36F / Marine nationale
MEDEVAC pour une pathologie cardiaque