Antenne GIGN et PSIG Sabre pour une tuerie planifiée

La semaine dernière, l’antenne GIGN et le PSIG Sabre de Saint-Pierre ont conduit un exercice commun autour d’un scénario de tuerie planifiée.

L’alerte est donnée par des témoins qui ont réussi à s’enfuir. Deux terroristes armés de fusils de guerre et d’armes blanches, dont un équipé en sus d’un gilet d’explosifs, ont fait irruption dans un complexe cinématographique et ouvert le feu. Il y a plusieurs victimes et les terroristes se sont retranchés à l’intérieur du complexe avec des otages.
Le décor de l’exercice « tuerie planifiée » est posé. Place à l’action, avec les éléments du Pelotons de Surveillance et de Gendarmerie (PSIG) Sabre de Saint-Pierre, primo-intervenants, et les spécialistes de l’antenne GIGN. Objectif : stopper la tuerie le plus rapidement possible pour limiter le nombre de victimes, fixer les terroristes et reprendre l’ascendant.

En arrivant sur les lieux après un contact avec les témoins, les gendarmes du PSIG vont stopper l’action du premier terroriste armé et équipé du gilet d’explosifs par un tir de neutralisation ; puis, en attendant les négociateurs, ils vont maintenir le contact avec le second qui est retranché dans une salle du cinéma avec deux otages sous la menace d’un couteau. Enfin, au fur et à mesure de l’arrivée des renforts, ils mettent en place un bouclage hermétique. Parallèlement, l’antenne GIGN est projetée sur les lieux, relève les éléments du PSIG situés au niveau de la prise d’otages et décline un plan d’action : investir une salle par les toits (infiltration de médecins pour un secours à victimes dans une zone potentiellement piégée), et déclencher un assaut d’urgence en cas de péril imminent sur l’autre salle, où le terroriste est retranché dans le noir. Ils prennent le relais de la négociation avec l’appui des négociateurs régionaux jusqu’à la voie sans issue d’un ultimatum. C’est le signal qui déclenche l’assaut final et la neutralisation du preneur d’otages.

Renseigner et guider

Cet exercice, pleinement intégré dans leur cadre d’emploi (mission de lutte contre le terrorisme), a clôturé la semaine de recyclage du PSIG Sabre de Saint-Pierre.

« Il est important de les préparer à ce type de situation difficile puisqu’ils seraient les premiers à intervenir avec les brigades. Ils doivent être en mesure de stopper ou à minima de fixer les terroristes avant l’engagement des forces spécialisées, mais également de savoir apprécier la situation et être en mesure de les renseigner et les guider pour faciliter l’intervention ».

Chef d’escadron Christophe, commandant l’antenne GIGN

Pour un maximum de réalisme dans le comportement des victimes (qui conditionne la réaction des forces de l’ordre), les plastrons ont été joué par des personnels de la gendarmerie. Un binôme du Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) était en appui pour l’aspect technique du franchissement depuis le toit, et deux médecins du SAMU ont été mis à contribution pour la prise en charge des blessés.

Enfin, l’exercice a été réalisé grâce au partenariat en place avec le complexe de cinéma à Duparc Sainte-Marie, et sous l’œil du général Pierre Poty, commandant la gendarmerie de La Réunion, accompagné par son état-major, et de deux observateurs du SDIS Réunion. Un futur exercice interservices devrait voir le jour et permettre de travailler l’interopérabilité des forces sur une situation encore plus complexe, avec de nombreuses victimes. //VK (photos © Valérie Koch – Tous droits réservés)

0630 Delta, le seul site dédié aux informations militaires et régionales dans la Zone sud de l’océan Indien. Avec des articles exclusifs et un espace communautaire réservés aux abonnés payants.

Inscription à la newsletter

Plus d'articles
JDC, reprise effective
JDC, reprise effective