Coordination en milieu périlleux © Valérie Koch - Tous droits réservés

Coordination en milieu périlleux

Le commandement de la Gendarmerie de La Réunion (COMGENDRE) a dirigé un exercice en milieu périlleux (souterrain et nautique) pour optimiser la coordination interservices.

Cet exercice de coordination interservices, engageant trois unités spécialisées du COMGENDRE, la brigade nautique (BN), le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) et la cellule d’identification criminelle (CIC), avec les médecins « montagne » du SAMU Réunion en appui, s’articulait autour d’une affaire judiciaire. Le scénario, situant l’exercice dans la grotte de Trou d’Eau*, démarrait par un témoignage qui amenait les gendarmes à lancer des investigations sur terre, sous terre et dans l’eau.

Coordination en milieu périlleux © Valérie Koch - Tous droits réservés

Les premières recherches menées à l’entrée de la grotte établissaient rapidement la présence d’une victime blessée mais vivante. Le secours en milieu périlleux s’imposait donc en priorité avec les gendarmes du PGHM, l’accès à la scène (puits de 8 mètres) nécessitant une descente en rappel. Rapidement, les indications du blessé et la présence d’une arme à proximité imposaient le démarrage d’une enquête judiciaire et des recherches aquatiques.

« La gendarmerie, c’est une coordination d’unités qui vont œuvrer ensemble dans le même but, c’est-à-dire chercher la vérité »

COL Pascal, commandant en second la gendarmerie de La Réunion
Coordination en milieu périlleux © Valérie Koch - Tous droits réservés

Les plongeurs de la brigade nautique, qui peuvent être officiers de police judiciaire (OPJ) et techniciens en investigation subaquatique (TIS), découvraient alors un corps sans vie immergé. Ils effectuaient les premières constatations directement sous l’eau, avant la sortie du corps. Les techniciens de l’identification criminelle (TIC) étaient ensuite acheminés à leur tour sur la scène de crime par le PGHM, afin de procéder aux différents relevés et aux analyses de terrain.

Parallèlement, les secouristes du PGHM procédaient également à la dépose des médecins du SAMU Réunion pour médicaliser la victime blessée, puis mettaient en œuvre une « perche » pour la conditionner et la remonter à l’air libre. Durant près de deux heures, cet exercice a permis de travailler l’expertise et la coordination de ces unités spécialisées, régulièrement amenées à travailler de concert. //VK (photos © Valérie Koch – Tous droits réservés)

* La grotte de Trou d’Eau, également dénommée « Caverne de l’Ermitage », est située à quelques encablures de la plage éponyme, et présente un tunnel de lave formé lors d’éruptions du piton des Neiges, en partie inondé et communiquant avec l’océan.

0630 Delta, le seul site dédié aux informations militaires et régionales dans la Zone sud de l’océan Indien. Avec des articles exclusifs et un espace communautaire réservés aux abonnés payants.

Inscription à la newsletter

Je m'abonne
Pour accéder à l'ensemble du site